Gynécomastie à la Clinique de la Croix d’Or

durée
de la chirurgie

30 Min

Temps de repos
nécessaire

48 heures

REPRISE d’activitéS
physiques sous

1 semaine

    tarif
     de l’intervention

Dès 5’000 CH

À qui se destine la chirurgie de la gynécomastie ?

La chirurgie corrective de la gynécomastie se destine aux hommes ayant développé une augmentation disgracieuse des glandes mammaires et de la graisse pectorale. Elle peut toucher un sein uniquement ou bien les deux à la fois. Les causes de l’augmentation du volume mammaire sont multiples. On la constate parfois de façon éphémère à l’adolescence. Dans sa forme persistante, chez l’adulte, elle peut être due par suite d’une forte perte de poids, une maladie, une tumeur ou la prise de certains médicaments. Elle peut être aussi congénitale.

Une intervention contre la gynécomastie ne peut ainsi s’opérer qu’après un examen complet du patient pour bien en vérifier sa nature et qu’elle n’est pas le résultat d’une maladie qui l’aurait déclenchée. Afin de détecter tout problème sous-jacent, on entreprend un bilan de santé exhaustif à la recherche des causes éventuelles. Lorsque les tests étiologiques sont négatifs – autrement dit : aucune maladie n’est à l’origine de la gynécomastie – on peut entamer un projet de chirurgie de correction.

Une échographie mammaire pourra être prescrite afin de confirmer l’état du patient et de déclencher une éventuelle prise en charge – partielle – de l’opération par l’assurance maladie.

L’opération en elle-même permet de retirer tout l’excès de glande mammaire et/ou de graisse et de retrouver une forme de poitrine masculine. Deux cas de figure  assez courants se présentent chez l’homme : la gynécomastie tubéreuse et celle après la perte de poids. Dans le premier cas, le patient est porteur de deux petits seins déformés. L’opération consiste alors à retirer la glande mammaire et reconcentrer la peau autour de l’aréole, la zone sombre autour du téton. C’est d’ailleurs autour de l’aréole que se situera la cicatrice finale qui, ainsi, restera discrète.

Dans l’autre cas, après une importante variation pondérale, où la graisse et la peau de la poitrine peut également être excessive et disgracieuse. Dans ce cas, on retire l’excès de peau et/ou de graisse autour du muscle pectoral. Là aussi la cicatrice reste très discrète et disparaît au bout de quelques mois, pour un résultat harmonieux avec le reste du haut du corps.

Comment se déroule une opération de gynécomastie ?

Avant l’opération, plusieurs visites de préparation sont à prévoir, selon les cas. Un bilan étiologique complet sera pratiqué. Il faut aussi parfois prévoir la consultation d’un endocrinologue le cas échéant, ainsi qu’un rendez-vous avec l’anesthésiste ; l’opération se pratique sous anesthésie générale.

En fonction des résultats, le chirurgien vous présentera le projet complet de la chirurgie corrective prévue. Il vous expliquera précisément le déroulé de l’opération ainsi que les l’emplacement des cicatrices prévues et toutes les conséquences postopératoires.

En fonction du type de gynécomastie présentée par le patient, le chirurgien procédera le plus souvent sous anesthésie locale, à une aspiration des tissus graisseux excessifs et/ou le retrait de la glande mammaire. Si besoin, toujours en fonction des cas, un excédent de peau peut aussi être retiré.

L’acte chirurgical peut être très cours, environ vingt minutes et il peut aussi être long, environ deux heures, en fonction des corrections à apporter à la poitrine du patient. Sauf cas exceptionnel, la chirurgie s’effectue le jour même de l’entrée à la clinique. Le patient n’est pas hospitalisé, il rentre chez lui en fin d’intervention.

Les suites opératoires d’une chirurgie de gynécomastie

Des ecchymoses et un œdème sont souvent présents à la suite de l’opération. Ils se résorbent en quelques semaines, relativement lentement.

Si la glande mammaire n’a pas été enlevée au cours de l’opération, les douleurs postopératoires ne sont pas importantes et laissent l’impression d’avoir des courbatures. Dans le cas contraire, un traitement antidouleur est recommandé dans les premières 24 heures. Le pansement compressif posé à la fin de l’opération est remplacé le lendemain par un autre pansement, moins contraignant. Il est le plus souvent prescrit de porter un gilet de contention pendant quelques jours pour aider à la rétractation de la peau et à la cicatrisation.

Pas de sport avant 1 mois, pas de soleil sur la zone opérée pendant 6 mois sont les principales consignes post-opératoires. Un arrêt de travail est à prévoir pour une dizaine de jours.

picto contact