Les dangers des régimes restrictifs et l’effet yoyo

Lorsque notre apparence physique ne nous convient plus, lorsque la pression sociale est importante ou encore par simple décision personnelle, il est courant, surtout pour la gente féminine, d’entamer son premier ou énième régime.

Généralement, on démarre LA méthode révolutionnaire, celle qui nous permettra enfin d’être bien dans notre corps. Découverte dans un magazine féminin, vue à la télévision, racontée par un proche pour qui cela a fonctionné… Tous les avis sont bons. Ou pas ! Car tous ces régimes quels qu’ils soient ont souvent un point commun : la restriction.

Alors certes, les résultats sont souvent rapides mais l’effet yoyo tout aussi fulgurant ! Sans parler des répercussions négatives sur la santé.

Cet été, la Clinique de la Croix d’Or vous accompagne et vous aide à adopter les bons réflexes pour un corps sain dans lequel vous vous sentirez bien.

Comment Reconnaître un régime restrictif ?

Un régime restrictif exclut des aliments et produits de l’alimentation normale, et/ou diminue de façon drastique les quantités consommées (en particulier les glucides avec la réduction des féculents). Il est souvent très strict : listes d’aliments déconseillés (et/ou conseillés), des contraintes…

Il ne tient absolument pas compte de votre métabolisme, de votre rythme de vie, de vos besoins ou de vos habitudes et préférences alimentaires. Que vous soyez un homme, une femme, jeune ou moins jeune, le régime restrictif s’appliquera à tous de la même façon. Et c’est bien là tout le problème !

Quels sont les effets néfastes des regimes restrictifs ?

  • La diminution du métabolisme de base :

Elle est dû à la perte de poids : en perdant du poids, on perd autant, voire plus de masse maigre (tissu musculaire) que de masse grasse (tissu adipeux). Ce phénomène est d’autant plus avéré si la perte de poids est rapide et n’est pas accompagnée d’une activité physique.

  • La fatigue et la frustration :

Elles arrivent plus ou moins rapidement après le début du régime suivant les individus. Dû à la diminution des apports, le corps entre dans une grande phase de stress. Celui-ci dégrade alors le muscle et la graisse pour compenser les besoins énergétiques.

  • La perte de contrôle :

Hormis toutes les modifications métaboliques engendrées par la réduction des apports, il y a des stimulations nerveuses et hormonales qui sont induites pour augmenter la sensation de faim. Il est donc possible de la contrôler pendant un certain temps mais pas indéfiniment. Lorsque l’envie et la tentation sont trop fortes, inévitablement il y a un « craquage ». Il est souvent démesuré, jetant son dévolu sur une grande quantité d’aliments très riches (pour assurer une grande source d’énergie pour l’organisme qui en a besoin). Si le sentiment de culpabilité s’advient, l’apport du « craquage » est majoré voire répété et exaspéré.

  • La reprise de poids :

Quasi inévitablement le régime fini par prendre fin. Plusieurs mécanismes entre alors en jeux.

Tant que la totalité de la masse musculaire n’est pas restituée à l’équivalent, notre faim est accentuée.

On nomme cette période « l’hyperphagie compensatrice » : une suralimentation pour compenser les manques précédents.

Ce phénomène est couplé à un deuxième : « l’hyperplasie tissulaire des adipocytes » : les cellules contenant la graisse se multiplient pour stocker davantage afin de prévoir un potentiel futur manque.

  • Sentiment d’échec :

Étant peu informé des mécanismes précédemment cités la culpabilité d’avoir « craqué » et arrêter le régime sont presque inévitable. De plus ce sentiment amène des envies de manger sentimentales dont nous parlerons dans une prochaine publication.

En bref, les régimes restrictifs permettent certes une perte de poids rapide mais déséquilibrent complètement le métabolisme, amenant à une reprise de poids bien souvent nettement supérieure et à une perte d’estime de soi. Peu engageant n’est-ce pas ?

Le régime miracle n’existe pas. La recette minceur idéale pour perdre rapidement des kilos ne se trouve pas dans un comprimé magique. Ni dans une poudre de perlimpinpin à ingurgiter en lieu et place de vos repas habituels. Chaque métabolisme est différent, chaque sensibilité à l’alimentation est différente, et chaque personne accorde une plus ou moins grande importance à l’alimentation dans sa vie. C’est en cela que la prise en charge diététique doit être au cas par cas, que ce soit un équilibrage alimentaire, une chronothérapie, un apport en micronutrition et bien d’autre…

Ce n’est pas au patient de s’adapter à son régime mais au patient d’adapter son alimentation à son mode de vie.

Pour cela il est important dans le cas d’échecs de consulter un spécialiste qui sera en mesure de vous accompagner dans les évolutions possibles de votre alimentation et de bénéficier d’une prise en charge personnalisée. Vous souhaitez des conseils personnalisés ? Un programme sur-mesure qui respecte vos envies et votre rythme de vie ? Nos coachs de la Clinique de la Croix d’Or sont disponibles et prêts à vous accompagner dans ce formidable challenge bien-être.

picto contact